Ouverture à Conakry d’un atelier de formation sur la traite des personnes initié par Expertise France du 12 au 15 Janvier

Plus d'offres

AVIS À MANIFESTATION D’INTÉRÊT (SERVICES DE CONSULTANTS) GUINEE

PROJET DE CONSTRUCTION D’UN PORT EN EAU PROFONDE POLYVALENT DANS LA REGION NORD-OUEST DE LA GUINEE RECRUTEMENT D'UN BUREAU D'ETUDE...

Terre des Hommes – Notification de Vente aux Enchères de Véhicules

Objet : Vente aux enchères Des véhicules RAV 4 2010 5 Portes et Mitsubishi SUV ASX 5 Portes       ...

CRS – Avis pour le recrutement d’un(e ) spécialiste du développement des affaires I

Cliquez pour télécharger le TDR Complet JD Publication du poste de Spécialiste du développement des affaires I

La traite des êtres humains est un problème grave qui affecte des millions de personnes à travers le monde, y compris les enfants. À l’heure actuelle, elle est considérée comme une forme moderne d’esclavage et l’une des plus graves violations des droits de la personne.

La traite des personnes étant un crime national et transnational, les échanges sur les bonnes pratiques et sur les défis à relever ainsi que le partage de connaissances entre pays d’une même région s’avèrent capitaux.

Dans le souci d’éradiquer ce fléau, Expertise France a jugé opportun de proposer, comme première initiative régionale, une activité qui puisse associer un renforcement technique des capacités des membres du CNLTPPA de la Guinée, avec l’appui du CNLTP de la Cote d’Ivoire et de HTS du Ghana dont l’objectif est de partager les expériences et renforcer les capacités permettant ainsi de se doter des outils et techniques nécessaires à mieux combattre les risques de traite et le trafic

Cet atelier s’est ouvert à Conakry ce mardi 12 Janvier 2021 à l’hôtel Riviera Royal pour une durée de 4 jours avec la présence d’une forte délégation Ivoirienne.

Dans son discours de bienvenue le Président du Comité national de lutte contre la traite des personnes et les pratiques assimilées en Guinée, a remercié les membres de la délégation ivoirienne pour partager les 3 jours sur une problématique qui concerne tous les états membres de la CEDEAO

« J’avoue que c’est une activité majeure pour notre comité, ce qui fait que nous avons inscrit cette activité dans le plan d’action que nous avons élaboré en 2020. La traite des personnes, il faut voir aussi sur l’angle transfrontalier, les victimes se déplacent à travers les états frontaliers, nous avons estimé que la Côte d’Ivoire en terme de proximité, en terme de mobilité des Guinéens, que nous devons partager les expériences avec le comité ivoirien » a déclaré Mr Aboubacar Sidiki Camara

Convaincu que cet atelier permettra d’atteindre les objectifs visés le Directeur régional du Projet d’appui à la lutte contre la traite des personnes dans les pays du Golfe de Guinée (ALTP) a souligné que ce module de renforcement de capacité va directement s’inscrire dans une action qui, visant la collaboration régionale, ambitionne de contribuer à une plus grande efficacité des acteurs principaux, guinéens mais aussi ivoiriens.

« Nous souhaiterions qu’à la fin de ces échanges que tout le monde soit en mesure d’aborder le sujet de la traite des personnes de manière plus professionnel » a ajouté M. Alessandro Rabbiosi

Plus loin le Chef de Cabinet du ministère de l’Action sociale et des Personnes vulnérables a précisé que ce fléau fait beaucoup plus mal aux femmes et aux enfants.

« Il Ya plusieurs genres de traites, avec les enfants, avec les femmes, on prend les femmes pour les exploiter soit dans les bars, aux champs. Les enfants aussi dans les mines et un peu partout, dans les travaux domestiques. Ces enfants qui n’ont pas 18 ans et mènent des travaux durs qu’ils ne peuvent pas supporter… » a précisé M. Idrissa Sané

Pour la délégation ivoirienne Mme Yapo Virginnie la secrétaire exécutive du Comité national de lutte contre la traite des personnes en Côte d’Ivoire s’est réjouie de l’organisation de cet atelier et estime que cela permettra de savoir comment les différents comités fonctionnent et de connaître le cadre légal de chaque pays et ensuite de mener des actions en synergie pour la prise en charge et la protection des potentielles victimes de traite de personnes, des crimes ou des infractions assimilées à la traite des personnes

« La traite des personnes, elle-même est un problème de sécurité et il est bien de venir échanger pour pouvoir mettre en synergie les agents de sécurité de la Côte d’Ivoire et de la Guinée pour que dans d’éventuelles arrestations de trafiquants qu’on puisse travailler ensemble » a motivé Mme Yapo Virginie

« Ce sont des phénomènes transfrontaliers, aucun pays à lui seul ne peut arriver à lutter contre ce phénomène, il faut absolument que nous réussissions à mutualiser nos efforts » a ajouté Dr N’Guettia Martin, Secrétaire exécutif du comité interministériel de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants en Côte d’Ivoire.

Ce Projet est financé autour de 18 millions d’euros sur les six (6) pays dont 17 millions 400 milles est financé par le fond fiduciaire européen et les 600 milles euros est la contribution de la France pour intégrer le Togo et le Bénin qui n’était pas à l’époque éligible pour le fond fiduciaire d’urgence.

224business

- Advertisement -